Grand Débat #1 • Centre de Congrès / Harbour • jeudi 8 octobre de 15h à 16h30
« Protection de la création, Protection des créateur.trices, Diversité Culturelle : le prix et le coût de la Démocratie ! »

Au-delà des imprécations, d’une « exception culturelle à la française » convoquée à tort et à travers, de négociations corporatistes et des parcours individuels, dans un contexte de crise et de tensions sociales et budgétaires (crise politique, financière, sociale, structurelle), il s’agit plus que jamais de partager un socle de valeurs. La diversité culturelle (accès à la création, accès à la formation, accès aux financements), la diversité de création (genres, formats, publics), les œuvres (par opposition aux contenus), les créateur.trices (au sens le plus noble du terme pour celles et ceux qui participent au fil des jours à la constitution d’une culture de qualité, qu’ils ou elles soient auteur.es, réalisateur.trices ou producteur.trices), sont autant de sujets dont nous nous arrangeons parfois de ne pas définir clairement les contours. Il s’agit néanmoins de sujets autour desquels les débats vifs s’annoncent plus vifs encore dans les années qui viennent.

Cette rencontre a pour objet de proposer des définitions, de poser les enjeux démocratiques et culturels d’une création libre et protégée, d’identifier les conditions favorables à la sauvegarde d’une culture de qualité dans un environnement industriel et mondialisé (le marché des contenus audiovisuel et cinématographique), de militer pour une « zone à défendre » en matière de récit, de stratégie, d’économie, d’action publique.
Parce que la culture en général, et le secteur audiovisuel et cinématographique en particulier, pèsent leur poids en matière de lien avec les publics, d’emploi, de création de richesse, de constitution de patrimoine immatériel.

• • •

Grand Débat #2 • Centre de Congrès / Harbour • jeudi 8 octobre de 17h à 19h
« Travailler en région, se former en région : parcours et carrières professionnelles »

La décentralisation et sa traduction concrète au fil des années sont toujours en chantier, qui plus est pour un secteur où les territoires régionaux peinent parfois à trouver leur place, en particulier s’agissant de la diffusion et de l’exposition des œuvres. S’agissant des compétences et des talents locaux, le développement historique de politiques d’accueil des tournages adossées aux financements croissants des territoires régionaux dans la production hexagonale a permis le développement d’un réseau qualitatif de techniciens et d’une activité durable de production au niveau local.
Mais, être technicien en région reste une particularité dans un environnement professionnel français toujours très centralisé. Ce rendez-vous a pour objet de faire un point de situation sur les réseaux de techniciens régionaux, sur les parcours professionnels et l’évolution des carrières, sur le levier que peut (et doit !) constituer la formation professionnelle sur les territoires.

En introduction à cette table ronde, Films en Bretagne souhaite pouvoir faire un point de situation sur l’intermittence, dans le contexte actuel (celui d’une « année blanche » comme dispositif d’urgence pour palier à la crise sanitaire) et dans les perspectives d’une future nouvelle réforme de l’assurance chômage. A cet effet, Films en Bretagne recevra Yann GAUDIN, spécialiste des textes cadres et de leur application.

• • •

Grand Débat #3 • Centre de Congrès / Harbour • vendredi 9 octobre de 9h30 à 11h
« La diffusion non commerciale : un enjeu de filière… »

Les Rencontres de Films en Bretagne se devront de faire un point de situation sur les conséquences économiques de la crise sanitaire sur le budget du CNC (absence prolongée de remontées de recettes sur les tickets de cinéma, absence prolongée de remontées de TSA sur les tickets de cinéma, baisse temporaire des recettes publicitaires), rappelant au passage les circuits de financement de l’audiovisuel français via la diffusion commerciale. Néanmoins, dans le prolongement d’un premier rendez-vous en 2020 autour des perspectives de coopération entre les salles de cinéma et les médiathèques, dans un contexte également où la Commission Européenne a récemment renouvelé, dans le cadre des initiatives d’expérimentation un appel à projet « Les salles de cinéma comme hubs d’innovation pour les communautés locales, la diffusion non commerciale se doit plus que jamais d’être interrogée dans une perspective de filière.

Parce que qui dit diffusion non commerciale, ne dit pas diffusion gratuite. Elle concerne les circuits de diffusion culturelle, les médiathèques, les festivals. Elle touche à la production documentaire en général, à l’éducation aux images, à la médiation et à l’action sociale sur les territoires, à une création souvent très qualitative mais peu exposée. Elle travaille au corps la durabilité des œuvres et leur potentiel de mobilisation des publics dans le temps et dans l’espace (par opposition aux plateforme VOD).
L’objet de cette rencontre est d’identifier les enjeux et le potentiel de l’exploitation non commerciale dans une optique de filière sur les territoires régionaux, de mettre en lumière le rôle des acteurs de la diffusion et de la médiation dans une filière régionale équilibrée et dynamique (de la formation à la diffusion, en passant par la création et la production).

• • •

Grand Débat #4 • Centre de Congrès / Harbour • vendredi 9 octobre de 14h30 à 16h
« Diffuseurs régionaux, COM Régionaux : le pari des œuvres, le pari de la création ! »

Au regard du volume des productions annuelles, variable il est vrai selon les territoires régionaux, les diffuseurs régionaux en général, et les chaînes signataires de contrats d’objectifs et de moyens avec les Régions en particulier, sont des éléments particulièrement structurants sur les territoires : activité de production documentaire et fiction, émergence de jeunes talents, excellence créative. Autant de faits et gestes qui constituent des paris d’avenir et dont les résultats réguliers engagent à prolonger ces paris à l’avenir.
Parce que les résultats réguliers sont souvent visibles (visibilité et carrière des œuvres, activité sur le territoire), mais également indirects (parcours des créateurs, parcours des producteurs, leviers interrégionaux et/ou internationaux), l’objet de cette rencontre est de faire la démonstration, par les œuvres singulières et les parcours de plusieurs réalisateur.trices, du bien fondé du pari de la diffusion régionale et de ses défis futurs.