L’ÉCO-PRODUCTION en question

Focus #5 : Filière / Culture professionnelle
• Vendredi 30 octobre – 14h

L’ÉCO-PRODUCTION en question : vers un futur désirable ? 

« Alors que crise climatique et question écologique sont devenues des thèmes majeurs dans de nombreuses créations artistiques, la culture est-elle pour autant en route vers sa transition écologique ? » Tel était le point de départ du débat organisé le 28 novembre 2018 au Centre Pompidou durant le cycle de conférence sur l’écologie et la culture.

Deux ans plus tard, où en sommes-nous ? Au lendemain de la crise sanitaire du COVID 19, nous assistons à l’effondrement d’un monde dans lequel les inégalités se creusent de plus en plus, dans lequel la croissance économique se développe au dépend de la biodiversité et où le sentiment d’urgence écologique n’a jamais été autant partagé. Les jeunes générations exigent une société plus juste, plus responsable et plus solidaire avec le vivant et les générations futures. Parallèlement, nous observons une véritable crise de représentation dans la manière de penser le monde de demain bouleversée par les conquêtes progressives des nationaux populistes et climato septique.

Pourtant, à l’instar de ce que les scientifiques expliquent, il va falloir revoir profondément nos manières de produire et de consommer afin d’interroger nos véritables besoins. En réponse à cette problématique il apparaît que la société civile culturelle doit imaginer des récits “communs” se construisant sur des formes d’actions solidaires innovantes reliant approches artistiques, techniques et militantes. Si des initiatives tel que le label ECOPROD, existe déjà afin d’accompagner les pratiques vertueuses dans les métiers de l’audiovisuel, nous pouvons nous demander comment ce souci écologique s’inscrit-il dans le travail des artistes ? Et quel récit pouvons-nous construire pour répondre collectivement aux enjeux de cette crise de représentation ?

Selon Bruno Latour, « la prise de décisions butte sur notre incapacité collective à représenter les enjeux d’une façon à la fois exacte, sensible, sensée et partagée »[1]. Alors, dans ce contexte, comment concevoir la transformation de nos modes de vies non plus comme une fatalité – celle d’un système en train de s’effondrer – mais bien comme une opportunité, celle d’un monde entier à ré inventer ?

Voici donc le défi de ce début de siècle : imaginer un futur que nous souhaitons désirable par tous et pour chacun. Rien de facile là-dedans ! Il s’agit d’explorer les enjeux, les opportunités et les difficultés à poser les bases de ce que nous pourrions décrire comme un nouveau contrat social. Il s’agit d’envisager le rôle des artistes, créateurs, acteurs culturels, et décisionnaires publics dans le développement d’un nouveau modèle de « vivre ensemble » mais également la place du numérique et des NTIC dans le développement de ces interactions.

[1] http://blogs.sciences-po.fr/speap/presentation/pourquoi-speap/

entretiens croisés avec :
Gwenaëlle CLAUWAERT, productrice
Guillaume DESJARDINS et Jérémy BERNARD, Collectif Les parasites
Pauline GIL, chargée de coordination du collectif Écoprod
Michel WOCH et Estelle ZIMMERMANNFilm en Rhin Supérieur (green shooting) 

↩︎ Revenir au menu