L’ÉGALITÉ DE GENRE dans les métiers de la culture

Focus #3 : Egalité / Culture professionnelle
En ligneVoir les vidéos ci-dessous & sur Viméo 

De l’ÉGALITÉ DE GENRE dans les métiers de la culture en général, et du cinéma et de l’audiovisuel en particulier

Définition : L’égalité des sexes, ou l’égalité des genres, est le principe selon lequel les hommes et les femmes reçoivent un traitement égal et ne doivent pas être victimes de discriminations basées sur leur appartenance à l’un ou l’autre sexe.

Selon l’édition 2018 du rapport mondial de l’UNESCO (cf. RePenser les politiques culturelles), « les femmes sont sévèrement sous-représentées dans le milieu du travail, ont un accès plus limité aux ressources et font face à des écarts de salaires substantiels ».

Pour rappel, l’égalité des sexes est un objectif de la Déclaration universelle des droits de l’homme et constitue l’objectif de développement durable de l’ONU, qui prévoit une égalité en droit et dans des situations sociales, en particulier en matière d’égalité salariale ; de prévention du harcèlement ; d’accès aux postes de direction ; de lutte contre les stéréotypes ; de formation ; de promotion de la parité par la régulation.

Le respect des libertés fondamentales et des droits de l’homme, incluant l’égalité des genres, est un pré-requis à la création et à la distribution d’expressions culturelles diverses. L’industrie cinématographique est sans doute une des plus importantes industries créatives, compte tenu de son poids culturel, social et économique. Le cinéma étant un puissant medium qui reflète et façonne la société et la culture de diverses manières.

La diversité et la parité sont donc cruciales au processus de création cinématographique afin que le cinéma puisse incarner les expériences et le point de vue de groupes sociaux variés.

Sexualisation et objectification : la question du récit
L’étude du Geena Davis Institute indique que les histoires portées à l’écran doivent encourager les aspirations et ambitions des jeunes femmes, et non pas les ébranler. Il est nécessaire de mettre fin à la sexualisation et l’objectification des femmes à l’écran, de s’assurer que le contenu ne discrimine pas ou ne renforce pas de stéréotypes négatifs. Il convient également de donner plus de place et de moyens financiers aux réalisatrices, afin d’encourager la création par des figures féminines.

« Il est urgent que l’on arrête de créer des histoires qui apprennent aux enfants à voir les femmes et les filles comme des citoyennes de seconde classe – surtout lorsqu’on voit à quel point le sexisme dans notre culture est exposé si outrageusement. » (Geena Davis)

Les discussions sur l’égalité des genres dans l’industrie cinématographique se sont intensifiées en 2017 avec le mouvement mondial contre le harcèlement sexuel #metoo et la campagne hollywoodienne Time’s Up.

Parité et inclusion
En France, en 2018, les professionnel·les mettent au défi le gouvernement d’appliquer des lois sur l’égalité salariale et l’organisation active de la parité et la transparence dans les instances de décisions, demandant l’équité et la réelle diversité des environnements professionnels.

Les premières mesures en faveur de la parité ont été présentées par Françoise Nyssen, à l’époque Ministre de la Culture. Des assises sur la parité, l’égalité et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel ont ainsi vu le jour en septembre 2018 et novembre 2019.

Nées du constat que la parité entre les femmes et les hommes, que la diversité de la société française dans ses composantes culturelles, ethniques et sociales, ne sont pas suffisamment représentées au sein des productions audiovisuelles françaises, en plateau et à l’image, deux chartes ont ainsi vu le jour en novembre 2019, orchestrées par le collectif 5050* : l’une pour la parité et la diversité, l’autre pour l’inclusion dans le cinéma et l’audiovisuel.
L’adhésion à ces Chartes devant être une condition d’attribution des aides du CNC.

Des mesures bonus de 15% du fonds de soutien à la production ont été expérimentées par le CNC en 2019 pour soutenir les films constitués d’équipes exemplaires en matière de parité (sur la base d’un barème de point). Ces mesures ont ainsi bénéficié à 29 films (22% des films agréés), attestant de leur caractère vertueux et incitatif. En 2018 moins d’un film sur six aurait été éligible… Le CNC a également rendu obligatoire le renseignement statistique de genre dans les dossiers d’agrément : combien de femmes et d’hommes parmi les effectifs, quelle répartition sur les différents métiers, quels écarts de salaires éventuels…

Autres mesures annoncées en 2018 : Un fonds de dotation créé pour soutenir de jeunes réalisatrices du monde entier (le budget moyen d’un film réalisé par une femme s’élève à 2,6 millions d’euros contre 6,5 millions pour le film d’un homme. Soit un écart de 60%), un renforcement des partenariats avec les collectivités territoriales pour améliorer l’accès des femmes aux moyens de création et de production, et des mesures pour accroître le nombre de films réalisés par des femmes dans les listes de films proposées dans le cadre des programmes d’éducation à l’image.

« En 2018, les films signés par des femmes ne représentent que 7% des demandes de soutien à la restauration et à la numérisation déposées au CNC. Le groupe d’experts chargé de la sélection des films sera rendu paritaire, au moment de son renouvellement. Sa lettre de mission précisera l’objectif de valorisation accrue des œuvres de réalisatrices « .

Quelles autres répercussions ont eu ces actions sur les pratiques aujourd’hui ? Quels sont les autres leviers nécessaires à actionner ? Pourquoi notre industrie ne ressemble-t-elle pas encore à nos sociétés civiles ? Devant, comme derrière la caméra ? Quels sont les enjeux communs à tous les métiers de la culture sur le sujet ? Où en est-on ?

entretiens croisés avec :
Francine RAVENEY, association EWA (European Women’s Audiovisual Network)

Catherine TRAUTMANN, Présidente d’Eurimages
Estelle ROBIN-YOU, Productrice
Véronique LE BRIS, Fondatrice du Prix Alice Guy
Sarah DESSAINT, Université de Rennes (à venir prochainement)
Laurence BARONE, Relais Culture Europe (à venir prochainement)
Sarah KARLIKOW et Anne LE HENAFF, réseau HF Bretagne (à venir prochainement)

Sources
Site du Collectif 5050
Bilan des assises 2019 sur la parité, l’égalité et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel – Collectif 5050
Dossier 2019 – Les Inrocks
Le cinéma se mobilise en faveur de l’égalité femmes-hommes – Ministère de la Culture

↩︎ Revenir au menu